Top

tētēma

janvier 9, 2015

Geocidal

tetema.jpg
Ipecac Recodings
Sortie : Décembre 2014

Le nouveau projet de Mike Patton, tētēma, fait partie de ces skeuds déments qui sortent de l’usine à bizarreries de Patton. Mélange bruitiste donnant occasionnellement naissance à des trucs écoutables, Geocidal caresse les tympans à rebrousse poils et titiller notre système auriculo-nerveux de sensations limite dérangeantes.

Le premier album du énième side project de Patton, tētēma, Geocidal, ne déroge pas à la règle “Pattonesque” ; à savoir sécréter un metal expérimental venimeux, menaçant et éprouvant pour le système nerveux.
Fidèle à toutes ses précédentes prestations vocales, Patton se fend ici d’une belle livraison de vocalises hallucinantes plaquées sur des rythmiques épileptiques, des fonds sonores déglingués et un bon vieux penchant noise/indus pour le moins agressif et atypique… un peu comme d’hab, donc… Soyez les bienvenus dans un univers qui fait grincer des dents et où les ambiances délicieusement malsaines vous hérissent les cheveux dans le cou.
Pour pimenter encore un peu plus la galette, Patton saupoudre (avec parcimonie, rassurez-vous) une dimension tribale salvatrice et accrocheuse (notamment sur “Irundi” et “Tenz”) à sa tambouille hallucinogène.
En clair, ça arrache la gueule, fait gondoler la tapisserie et grésiller le sonotone de la voisine.


pub

Comments

Comments are closed.

Bottom