Top

Al’Tarba

décembre 11, 2013

L’happy hour dans tes écouteurs !

Après l’excellent, Acid & Vicious, concocté en compagnie de Lord Lhus, le beatmaker toulousain, Al’Tarba, revient en coup de vent avec un EP qui, comme d’hab, décoiffe le chignon. En attendant la nouvelle galette, Ladies & Ladies nous fait prendre notre mal en patience en bonne compagnie !

al-tarba.jpg

C’est à la terrasse du Point Ephémère, à l’heure de pointe (l’happy hour quoi !), que l’on s’est attablés avec Al’Tarba pour tailler la bavette, tailler des shorts, tchatcher son, jupon, boisson et autres sujets tout aussi passionnants. Le gars est aussi barré que sa zik, et aussi sympa qu’il en a l’air.. very much, indeed !
Petit compte-rendu de cette décidément “happy hour” en sa compagnie.

Question : Pour ceux qui ne te connaissent pas encore, peux-tu te présenter rapidement ?

Al’Tarba : Je m’appelle Al’Tarba, de mon vrai nom, Jules, je suis beatmaker, je fais du son depuis plus de 8 ans. Je viens de Toulouse, j’habite à Paris maintenant. J’ai sorti 4 albums et un EP. Je rappe un peu, mais je fais surtout du beatmaking. J’ai commencé à mixer vers 18 ans, j’en ai 27 maintenant, donc ça fait 9 ans que je fais du son.

Question : Pourquoi tu ne rappes pas plus ? T’aimes pas ? Tu ne te sens pas à l’aise derrière un micro ?

Al’ Tarba : Disons que je me répète trop quand je rappe.. je dis toujours la même chose.. et ça tourne toujours autour de la drogue, haha ! En fait, moi mon délire, c’est de faire des instrus. C’est comme ça que je m’exprime.

Question : Du coup, tu es vachement tributaire des autres (au niveau des lyrics).. ça te force à collaborer avec d’autres artistes, vocalistes/MC..

Al’ Tarba : Oui mais non… En fait, dans le rap, quand les gens entendent un beatmaker, ils pensent direct qu’il est sensé faire des collaborations avec des rappeurs.. c’est d’ailleurs comme ça que j’ai commencé et que j’ai fonctionné pendant longtemps. Pour tout te dire, ce que je fais maintenant, à l’époque, j’aurais considéré ça comme de la zik de bobo (rires) ! À l’époque, j’avais un avis très fermé sur la question. À la base, je voulais faire du rap avec des beats bien hardcore et faire poser des mecs dessus, point ! Ce n’est qu’il y a quelques années que l’on m’a fait découvrir des mecs comme Amon Tobin, qui font un vrai travail d’instrus et utilisent des samples, genre dialogues de cinéma, qui m’ont donné envie d’ouvrir mon champs de vision. Du coup, je ne suis plus nécessairement forcé de faire appel à des rappeurs. Mais c’est assez nouveau.. Pour moi, au début c’était inconcevable ! Je trouvais que c’était de la musique de trentenaires.. et maintenant que j’ai presque 30 ans… (rires)

Question : Quand tu étais enfant, quel métier tu disais que tu voulais faire quand on te posait la question ?

Al’ Tarba : Je me souviens que la première chose que j’ai répondu c’était, ermite (rires). Ma mère a gardé le truc d’ailleurs ! (rires) Et après je disais que je voulais être écrivain… Faire de la musique, ça rejoint un peu ça.. tu crées des mondes.

Question : Quelles sont tes plus grosses influences musicales ?

Al’ Tarba : NOFX, Noir Désir et Kickback (rires).. (moi, air interloqué) Tu connais pas ? C’est un groupe de hardcore hyper satanique et misogyne, qui pône la violence, la drogue et la mort (rires). Sinon en rap je dirai le Wu-Tang, Necro et RJD2.

Question : Quel est ton dernier coup de coeur musical ?

Al’ Tarba : Gesaffelstein. C’est un lyonnais qui fait de l’électro un peu gothique.

Question : Quel est le dernier album que tu aies downloadé illégalement ?

Al’ Tarba : Le dernier album de Kanye West, Yeezus. Et je l’ai bien aimé.. Je sais que plein de monde ne l’a pas kiffé, mais moi si. Je l’ai trouvé un peu new wave/gothique.. cool quoi !

Question : Le dernier album qui t’as vraiment déçu ?

Al’ Traba : Ben en fait, je suis rarement déçu par les skeuds que j’écoute.. Je suis assez bon public. Si j’aime pas, je me dis que c’était pas un skeud pour moi, c’est tout.

Question : C’est bien de voir de voir les choses comme ça ! C’est très “politiquement correct” en plus..

Al’ Tarba : Non, c’est juste la vérité. Par exemple je déteste la musique de Grand Corps Malade, Java et Pleymo. Voilà ! J’ai pas honte de le dire ! (rires)

Question : Si le monde devenait comme dans le film “Farenheit 451“, mais avec les disques (pas les livres), quels albums cacherais-tu et tenterais-tu de sauver à tout prix de la destruction ?

Al’ Tarba : .. Peut-être 6666 de Noir Désir.. ou alors l’album Life Won’t Wait de Rancid.

Question : Si je pouvais exhausser un de tes voeux, avec quel artiste souhaiterais-tu travailler ?

Al’ Tarba : Ghostface Killah du Wu-Tang !

altarba1.jpg

Question : Ton EP, Ladies & Ladies, est apparemment un hommage à la gente féminine… peux-tu nous en dire plus ?

Al’ Tarba : En fait, c’est parti de deux chansons.. En fait, j’aime bien que chaque album ait un thème. Par exemple, Lullabies For Insomniacs, parlait d’une année passée à Paris durant laquelle je me suis beaucoup baladé et ai vécu des trucs cool, et moins cool.. ça se passait surtout la nuit. Après, Acid & Vicious, c’était clairement un retour aux sources, avec des trucs punk et “vicious”. Pour ce qui est de Ladies & Ladies, l’idée est partie de deux ou trois tracks qui parlaient plus ou moins de ce sujet, puis de m’en servir comme fil conducteur pour un EP “conceptuel”. J’avais encore un peu de temps avant de sortir l’album suivant et j’en étais toujours à me demander à quoi il allait ressembler, donc je me suis dis qu’entre-temps je pouvais me lancer sur ce thème-là et faire un EP, en attendant de pouvoir partir correctement sur le prochain album.

Question : Du coup, comment faut-il “voir” Ladies & Ladies ? Comme un EP “de transition”, un EP “en attendant”, ou juste “un prétexte” parce que t’avais quelques titres sur le même thème ?

Al’ Tarba : Non, en fait faut le voir comme un EP conceptuel, sur un thème bien précis, et qui existe pour lui tout seul. Tu ne retrouveras aucun des morceaux sur le prochain album qui est en préparation.. et qui sera d’ailleurs bien différent niveau son.. il sera sanglant, héhé !

Question : Peux-tu nous parler des featurings de l’album ?

Al’ Tarba : Jessica Fitoussi, c’est une chanteuse qui habite à Paris et que j’avais découverte sur le morceau “Not Afraid” avec Ugly Mac Beer et Mister Modo. Je l’ai contactée et on a commencé à taffer ensemble. Bonnie Li est une chanteuse dont j’adorais aussi le boulot et que j’ai également contactée.. il se trouvait qu’elles se connaissaient, donc je me suis dis pourquoi pas faire un morceau toutes les deux.. faire comme dans une pièce de théâtre où elle se répondraient. DJ Nix’on c’est mon pote, mon frère d’armes !! Camille Safiya et L.A sont deux meufs de New York qui m’avaient contacté à l’époque de Lullabies For Insomniacs qui avaient posé sur une de mes intrus. J’avais été bluffé par leur morceau, du coup, je les ai invitées sur le projet. J’aime beaucoup leurs voix et elles se complètent bien.

Question : Y a t-il eu un titre particulièrement casse-c..pieds à mettre en boîte ?

Al’ Tarba : “The One You Love”… j’arrivais pas du tout à avoir un mix qui me plaisait à 100%.. j’ai dû le retravailler plusieurs fois, clairement il y avait un problème… même là, je ne suis pas ultra content du résultat, mais bon, ça passe.. (rires) Et grâce au mastering (d’ailleurs, big up à Blanca !), l’ensemble est bien gonflé et homogène.

Question : Faisons un petit portrait chinois de Ladies & Ladies ; si cet EP était une avenue/boulevard/rue ?

Al’ Tarba : La rue Oberkampf.

Question : Si c’était une pièce de la maison ?

Al’ Tarba : La chambre ! (rires) Non, c’est nul… Le garde-manger (RIIIIIRES).. ne me demande pas pourquoi, j’en sais rien ! (rires)

Question : Si c’était un cocktail ?

Al’ Tarba : Le Sex On The Beach .. en tout cas, celui du Mizmiz ! C’est le cocktail que je bois au taquet ! Je me fais toujours chambrer, mais j’assume à fond mon côté pétasse ! (riiires)

Question : Si c’était un plat ?

Al’ Tarba : Des sushis.. je trouve ça fin et “sensouel”.. le gingembre, la sauce sucrée/salée, le wasabi, le poisson ! (RIRES)

Question : Si c’était un film ?

Al’ Tarba : Thelma & Louise.

Question : Si c’était un vêtement ?

Al’ Tarba : Les bretelles qui tiennent la mini-jupe !

Question : Si c’était un des 4 éléments ?

Al’ Tarba : Le feu.

Question : Si c’était un lieu ?

Al’ Tarba : Le Mizmiz !!

Question : Si c’était un mot ?

Al’ Tarba : Euh.. DEJA ???!! (RIIIRES) .. et encore, ça aurait pu être un CD 2 titres ! (MDR )

Comments

Comments are closed.

Bottom