Top

Arthur

août 9, 2008

Comme un goût de seventies …

Sarah, de chez Spöka, m’explique que le choix des sites sélectionnés pour interviewer Arthur H fut draconien. Nous n’étions que 4 ou 5, je crois.
Je le prends évidemment comme un compliment. Et je tente donc d’être à la hauteur du privilège !

arturh.jpg


Bref, rendez-vous chez Universal, le 27 mai dernier (quoi, je suis à la bourre ??? J’ai juste laissé les autres médias le faire avant, dans l’urgence. Moi, j’ai voulu évoquer cet album à froid).
(Je suis convainquant là, ou bien ?)
Arthur H semble décontracté. Un peu nerveux peut-être, mais gentil.
Il revient donc avec un album plus groovy, plus dansant, beaucoup moins introverti.

- J’ai voulu me renouveler, ne pas perdre qui je suis, mais aller dans une énergie plus ouverte. Je trouve que la société d’aujourd’hui est tellement bloquée, stressée en général… il y a une telle rage, une telle tristesse dans l’air, que j’éprouve le désir d’aller vers quelque chose de vibrant, de positif, pour foutre un peu d’air et de lumière dans ce chaos.

L’homme Du Monde
est son tournant rock… un tournant autant personnel que musical. Arthur H prétend que ce disque lui permet de sortir du conformisme ambiant. Je lui dis que je ne l’ai jamais vraiment trouvé conformiste.

- Non, mais j’étais dans le trip : « Venez, rentrez dans mon petit cirque nocturne et merveilleux, nous allons faire des voyages incroyables. Le problème, c’est que les voyages que je proposais étaient très intérieurs. Aujourd’hui, ce n’est plus le temps de faire ça. C’est le temps de danser. On n’est pas sur terre que pour râler, on est là aussi pour vivre des moments très joyeux, pour s’amuser, pour vibrer ensemble.

Arthur H a repris le meilleur de la musique de chaque époque. Le côté soul et relax des années 70 et son côté joyeux du disco également. Pour autant, on ne peut pas dire que le fils du Jacques Higelin a composé un album qui sonne seventies. Non, le style Arthur H est là, et bien là. Etrange, mais envoûtant mélange.

- J’aime toutes les musiques en fait. Contre toute apparence, j’apprécie énormément celles qui se dansent. Vous savez que je danse beaucoup, seul, chez moi ? D’ailleurs, sur scène aussi je ne m’économise pas à ce niveau-là ! Pour ce disque, je voulais donc faire du groove poétique. Quelque-chose qui soit à la fois dansant, ’sexe’ et en même temps qui raconte des choses. Je voulais avoir une vision poétique et rythmée sur la société. Du texte et du sexe…

Après quelques questions d’usage sur l’album, les musiciens, la séance d’enregistrement, son inspiration sous le soleil de la Grèce avec femme et enfant… que vous avez déjà lu ça et là, je lui demande s’il n’en a pas marre du service après-vente.
La promo, quoi.

arthur-h03.jpg

- C’est quelque-chose que j’apprends au fur et à mesure. La plupart du temps, c’est un échange sympathique. Si mon interlocuteur a écouté et compris mon disque, ça me donne de l’énergie. Si je mets tout mon cœur dans la création et l’élaboration d’un album, ce n’est pas pour qu’il ne soit acheté et apprécié que par 3 personnes. J’ai évidemment envie de le partager avec le plus grand nombre. J’ai déjà fait l’expérience de jouer devant des salles à moitié vides… c’est flippant ! J’ai fait aussi l’expérience contraire, et là, je revis… Arriver dans une salle bourrée à craquer, où les gens ont envie de s’amuser, c’est plus que jubilatoire… c’est carrément jouissif ! Il se passe quelque-chose, tout le monde vibre ensemble.

… Une grosse partouze, finalement !-)

- La musique, c’est un moyen  d’échanger de l’énergie, de l’amour et du rythme. Plus tu l’échanges avec un nombre important de gens, plus la vibration est forte.

Je sens qu’il décroche. Il commence à regarder son téléphone portable. Je change de sujet de conversation…
Parlons d’Internet. L’homme Du Monde, est-il un homme du monde moderne ?

- C’est un univers fascinant. Il est à la fois très riche et très pauvre. Il est très riche dans le sens où il y a une profusion d’informations, dont certaines sont hyper intéressantes, d’autres beaucoup moins. Il y a aussi un tel potentiel de contacts, de rencontres avec des gens, que je trouve ça fabuleux. Bien sûr, le côté parfois superficiel de la rencontre et la surabondance de l’information peuvent tuer l’intérêt, mais globalement, je trouve ça plutôt passionnant.

Je lui demande s’il surfe beaucoup.

- Pas beaucoup parce que dès que tu commences, ça prend pas mal de temps. Je vous avoue que parfois, je me perds sur Myspace. Je passe d’un artiste à l’autre et je découvre plein de gens marrants, talentueux (ou pas) et inattendus. J’aime bien cette idée de s’abandonner dans des espaces qui n’en finissent plus, qui sont quasiment infinis à notre échelle…

Pour conclure, il ajoute cette phrase qui m’incite moi-même à ne rien ajouter et à vous dire au revoir…

- Le rêve n’est pas une évasion… juste un moyen d’avoir plus d’énergie dans la vie réelle.

arturhcover.jpg
L’homme Du Monde
(Polydor), sortie : juin 2008



Comments

Comments are closed.

Bottom