Top

Imbert

octobre 12, 2007

Imbert, bonjour les débats !

- Bonjour ! Nous nous sommes déjà rencontrés.

Je regarde Imbert Imbert dubitatif.

- Non, je t’ai déjà vu sur scène en première partie de quelqu’un, mais je ne sais même plus de qui ni dans quelle salle.
- Je m’en souviens parfaitement. C’était à la Maroquinerie, il y a deux ans. Je faisais la première partie de Bertrand Louis.

- … Euh… Ah oui ! C’est ça. Tout a fait !

imbert.jpg

En ce vendredi 28 septembre (la semaine dernière, donc), je reste stoïque devant le Zèbre de Belleville (il y joue le soir même). Je me demande comment il a pu savoir que c’était cette soirée là. Puis il ajoute.

- Tu es venu me voir après ma prestation. C’était dans le couloir, près des toilettes. Nous étions presque dans le noir et tu m’as dit que tu avais beaucoup apprécié ma prestation… tu m’as aussi promis que quand j’aurai un “vrai” disque, tu viendrais m’interviewer. Et tu es là aujourd’hui.

Plus il avance dans sa phrase, puis je me rappelle, en effet, avoir tenu de tels propos. Je me fais vieux, je perds la mémoire… Il est vrai que j’adore aller applaudir les chanteurs qui “débutent” dans des petites salles et aller les encourager après. On croit que ce n’est pas important mais force est de constater que certains s’en souviennent.
Ça me fait plaisir d’ailleurs.

J’ai reçu le disque d’Imbert Imbert, Débat De Boue, il y a six mois (il est sorti le 26 mai dernier). J’ai pris une grosse claque en l’écoutant.
(Ça m’a fait le même effet qu’en écoutant Yves Jamait la première fois.)
L’homme est seul avec sa contrebasse. Il chante avec un esprit résolument rock et poétique (ce qui n’est pas paradoxal) des textes graves, tristes, tendres, désenchantés et surtout révoltés.
Ce type a déglingué mon petit cœur fragile.
Pas entendu une telle personnalité depuis… fiou ! Depuis longtemps !
(À part peut-être Yves Jamait… je vous en ai déjà parlé ?)

Ses chansons remuent les tripes et ne laissent personne indifférent. A commencer par le petit monde de la chanson française qui observe de loin ce nouveau venu.

Enfin, “nouveau venu”, c’est beaucoup dire. Après m’avoir emmené dans sa loge, en débouchant des bières, il me raconte son passé bien fourni de musicien.

- Je viens de Montpellier. Je suis monté à Paris il y 6 ans pour ne faire que de la musique. J’ai été embauché très vite dans le groupe Jim Murple Memorial (rock steady, ska, rythm’n’blues) J’ai tourné pendant un an puis j’ai enchaîné directement avec Derien pendant 3 ans. En même temps, je composais mes petites chansons de mon côté.

Il oublie de me préciser qu’il a aussi joué dans un trio de free-jazz, le groupe Split.
La contrebasse comme instrument principal s’est naturellement imposé à lui et grand bien nous fasse.

- Quand j’aurai 50 ans, peut-être que j’aurai un orchestre classique symphonique… on ne sait jamais. En attendant, je suis heureux de faire découvrir cet instrument plutôt rare dans la chanson française. Je pense jouer sur scène ainsi encore pendant un moment.

Sauf qu’il n’est pas improbable qu’une multinationale le repère et lui donne plus de moyens pour enregistrer … non, je dis ça parce qu’Imbert Imbert et l’artiste français qui a reçu le plus de récompenses cette année.

- Bravos du public et Bravos des professionnels à Montauban Alors Chante ! 2007
- Lauréat Fnac Indétendance Printemps de Bourges 2007.
- 1er prix Le Mans Cité Chanson 2007.
- Prix du club des Entreprises Francofolies de La Rochelle 2007.

Beau palmarès !
Pendant l’interview (presque en public, car son tourneur, son attaché de presse, son éclairagiste…etc. sont assis à côté de nous pour écouter, voire même participer !), j’apprends qu’il a écouté Renaud en boucle de 7 à 12 ans (il lui en reste quelques résidus), qu’au départ il voulait jouer de la musique « à la limite de l’inaccessible », qu’il se sent révolutionnaire dans l’âme, qu’il s’inquiète pour les générations futures, qu’il a du mal à comprendre ceux qui ont voté Sarkozy (il en fait une chanson), qu’il est heureux malgré le mal de vivre qu’il chante…
J’ai la curieuse sensation en l’écoutant et en l’observant, que je suis devant un futur grand monsieur de la chanson. Un futur incontournable. Un qui va marquer les esprits…
Quasi sûr de ne pas me tromper.

À vous de voir ou plutôt d’écouter… sur son MySpace (www.myspace.com/imbertimbert). Il y a 3 titres.
Loin d’être les meilleurs.
Dommage.

Comments

Comments are closed.

Bottom