Top

Juliette

mars 24, 2008

Au pays des merveilles de Juliette

Six albums studios et quatre albums en public… 20 ans de carrière. Je ne comprends même pas comment j’ai fait pour ne la rencontrer pour la première fois que le 5 février dernier. Ce n’est pas normal.
J’aime la chanson française, donc j’aime Juliette.
C’est forcé !
Et là, je déboule dans son ‘chez elle’ parisien, des questions plein ma besace.

18.jpg


Je suis un peu essoufflé quand j’arrive, car elle habite dans en endroit de la capitale ou se garer est une mission impossible. J’ai tourné, je ne sais pas combien de fois dans son quartier très commerçant. Genre livraison constante. Genre arrêt au milieu de la rue. Genre l’aiguille de la montre tourne, tu vas être en retard. Et là, miracle, une place se libère, juste devant chez elle. Je suis à l’heure pile poil.
Ouf !
C’est Cathy Baumerder, son attachée de presse depuis 18 ans, qui m’ouvre la porte.
Juliette me lance : « c’est carrément ma directrice de cabinet… depuis le temps ! ».
Premiers mots de Juliette, une vanne… ça promet.
La chanteuse est attablée.

- Je viens d’arriver, excusez-moi, je finis de manger. Installez-vous là. Ça ne vous dérange pas ?

Non.

- Ni que je fume pendant l’entretien ?

Non. Moi, je m’adapte à tout et là, je dirais même que c’est plutôt confortable comme situation.
Juliette est une des personnalités les plus marquantes de la chanson française. Depuis son premier album officiel en 1991 (je ne compte pas l’auto produit précédent de1987) Qué tal ?, elle impose sa voix forte et sa gouaille, avec des musiques oscillant entre mélodies traditionnelles, orchestration classique, ambiance jazzy, fanfare et un peu techno jazz…
Cela fait donc deux décennies que cette épicurienne régale son public de morceaux savoureux. Après Ma Vie, Mon Oeuvre, la compilation célébrant ses 20 ans de carrière, puis Mutatis Mutandis, Juliette est de retour depuis quelques jours avec Babiole et Bijoux.

- Ces deux jolis mots font référence à une de mes chansons de l’album, La Boite En Fer Blanc. Mais surtout, ils me semblent bien qualifier mon regard sur mes chansons, sur la chanson en général, et plus encore, sur le « métier », le spectacle, le divertissement : des bijoux et des babioles. Je revendique les uns et les autres, faire du toc n’empêche pas qu’on le fasse sérieusement, avec application et amour. Et tailler des pierres précieuses peut se faire en rigolant, non ?

Si.
Une de mes chansons préférées de son album est A Voix Basse. Les personnages des livres prennent vie… mais aussi, les verbes irréguliers, un article du code pénal…etc. Bref, la littérature dépasse la fiction.

- C’est un hommage évident à la littérature. Je lis beaucoup de choses fort différentes. Je suis très curieuse et j’ai des périodes ou je suis insatiable. D’autres moins. Ça dépend le temps que j’ai. En tout cas, j’ai toujours un bouquin sur moi. Là, je viens de finir une trilogie absolument passionnante signée Franck Talis… Ça se passe à Vienne en 1900. Le détective se sert de la psychanalyse pour résoudre ses enquêtes. Sinon, j’aime aussi beaucoup Fred Vargas…

Nous parlons littérature un moment, puis, je lui demande si l’activité d’écrivain la tente.

- Ce n’est pas le même travail. Je ne dis pas que ça ne me tente pas, mais c’est encore une chose ou il va falloir que je trouve du temps. Moi, quand j’écris des chansons, il faut que je ne fasse que ça. Je ne sais pas si écrire des romans ou des nouvelles peut se caler pendant ma tournée… Je n’ai jamais essayé, mais peut-être vais-je m’y mettre. En fait, il me manque le vrai moteur qui fait qu’il y a urgence à raconter une histoire longue.

Je lui parle alors de sa réputation qui l’agace (je le sais) de chanteuse intello. Je trouve personnellement que plus les années passent, plus elle devient populaire…

- Je ne veux pas faire de déclaration démagogique, donc, mettez de gros guillemets à ce que je vais vous dire. On évolue aussi avec le retour du public. Ce que les gens me renvoient à pour conséquence que je ne chanterai plus certaines chansons, notamment de ma période « underground ». (Rires) J’essaie d’enlever tout ce qui peut faire élitiste parce qu’au fond, ce n’est pas moi. J’ai quelques références culturelles bien ancrées en moi, mais je n’aime ni l’étalage, ni la cuistrerie. Je n’hésite pas à dire que depuis quelques albums, je veux changer mon image…

Elle y parvient.
Penchons-nous un peu et voyons ce que la dame nous propose dans sa boite magique.

- Dans mon coffret à breloques il y a donc de tout : perle (re)pêchée en eaux troubles (Tyrolienne Haineuse de Pierre Dac écrite pendant la seconde guerre mondiale), émeraude latine (Fina Estampa de Chabuca Granda, immense auteure-compositrice péruvienne), petite broche fantaisie offerte par François Morel (Lapins !) qui vienne se mêler à mes propres créations…

Juliette oscille toujours entre le rire et les larmes, mais l’émotion est toujours là.

- Je fais très attention au dosage d’un album. Dans tous mes disques il y a toujours cette cohabitation. Je suis comme ça dans la vraie vie.

Et puis parfois, on croit qu’elle se moque, mais pas du tout. Casseroles et faussets, par exemple, au début, je pensais que c’était un règlement de compte avec ses collègues chanteuses un peu trop présentes dans les médias.

- Pas du tout. Enfin, si un peu. Mais, la conclusion de cette chanson est : « Chantez, chantons, c’est important, sans complexe et n’importe comment, ça ne sera pas pire que ce qu’on entend à la radio… parfois. » C’est juste une petite pique, car je suis un brin taquine. Je sais parfaitement, qu’en fait, la justesse dans la voix n’est pas tout.

Madame Juliette est une patronne qui sait ardemment faire vivre son péplum musical.
Et moi, je dois laisser la place à une très jolie jeune fille qui vient d’arriver.
Pour en savoir plus sur cet album, lisez donc son (excellent) article à elle.

Je dis juste à Juliette que le temps passé avec elle était trop court.

- On se reverra, c’est sûr… qu’elle m’affirme.

- J’espère ! que je me réponds.

Dernière précision : en vrai, cet album est un bijou… je n’ai pas repéré beaucoup de babioles !

Comments

Comments are closed.

Bottom