Top

Le

juillet 7, 2009

Du rap old school second degré

Né de la réunion de rappeurs de la scène alternative, le Klub des 7 revient avec un second album, La classe de musique (lisez la chronique du disque ici). Malgré la disparition de Freddy K , à qui ce disque est dédié, le collectif a continué son travail. Pour un résultat mêlant bonne humeur, humour et nostalgie.

klub-des-sept.jpg

Rencontre avec Gerard Baste, James Delleck, Le Jouage et Cyanure.


Question : Pourquoi ce trip de la classe de musique? Envie de retourner à l’école ?

Baste : Tout est parti d’un concours de circonstances.  Fuzati, qui est à l’origine du projet, a commencé à travailler sur des sons plutôt 60’s et 70’s. Et puis on s’est qu’on voulait garder le même style de pochette que sur notre premier album (NDR : Les membres du  collectif y étaient déjà dessinés par Florian Marrel, et représentés en écoliers). En rigolant autour du concept du Club des 5, on est parti là dessus. Et puis ce thème colle bien avec le côté club justement.
Delleck : C’est vrai que les illustrations sonores de l’album sont très liées à l’enfance de chacun, donc c’était assez a propos de retenir ce thème de l’école. Cela permettait aussi de donner une cohérence à l’ensemble.


Q : Beaucoup de rappeurs, mais des titres plutôt courts, pourquoi ?

Baste : C’est une volonté de notre part, on voulait une ligne qui soit spontanée, sans trop de prise de tête. C’est pas parce qu’on est 6 rappeurs que les morceaux doivent faire 7 minutes ou que tout le monde doit caler son passage. On aimait cet aspect court et concis un peu comme un album des années 70. Aujourd’hui, le rap c’est des albums de 24 titres. Nous on voulait un concept plus libre, plutôt inspiré des jazzmen.


klub7.jpg

Q : Vous avez chacun des univers différents. Qu’est ce qui vous lie dans le Klub des 7 ?


Baste :
Le tronc commun est d’avoir grandi avec le rap des années 90, le rap US, de New-York pendant l’age d’or du rap. C’est d’avoir écouté les mêmes trucs quand on était gamins qui nous lie. On aime le Wu Tang Clan, et pour les français La Ciqua.  Et puis dans Klub des 7, il y a trois personnes qui avaient participé à au collectif, L’Atelier (Fuzati, James Delleck, Cyanure), ça a facilité les choses.
Delleck : Tout ce qu’on fait de notre côté est différent. Ce qui nous lie, c’est peut être d’avoir tous été un moment catalogués comme « alternatifs ». Cela nous liait avant de nous connaître. Et puis il y a eu ce concert de Klub des Loosers au Casino de Paris. On était tous invités séparément pour un featuring lors de  ce concert. C’est là qu’a commencé l’histoire du Klub des 7.


Q : Si vous ne deviez retenir qu’un titre…

Le Jouage : “Appel”, j’aime bien l’instru…
Baste : C’est difficile de dégager un titre, l’album est très cohérent . Mais j’aime bien “Boule de Cristal”.
Cyanure :  Moi aussi, en plus on est tous les sept dessus, avec Freddy.
Delleck : Pour moi, ce serait “Il vous reste une minute”. Il est très concis, on a quatre mesures chacun, on rentre dessus sur scène. Il donne une vraie patate.


Q : La suite du Klub des 7 ?

Baste : Fuzati ne veut pas continuer le Klub des 7.
Le Jouage : Le groupe aura une autre appellation…
Delleck : une autre forme, des featurings sur les albums des uns et des autres.
Baste : Déjà, il devait pas y avoir de second album…
Delleck : C’est la fin de la précédente tournée qui nous a décidé à continuer, on avait encore l’énergie pour faire ce deuxième. Mais ce sera bien le dernier du Klub des 7.


klub7cover.jpg

La Classe De Musique (Discograph) ; sortie : Mai 2009


pub

Comments

Comments are closed.

Bottom