Top

Niobé

janvier 20, 2008

Niobé… human song !

Lui, ça faisait un petit moment que je l’observais de loin… que je m’intéressais à son parcours, son travail, ses disques.
Jean-Pierre Niobé a sorti le 18 janvier son 4e disque.
Déjà !

l_5aded4cf98b3985c7dec54893b7e5a82.jpg


Un « live » enregistré en public à Fécamp.
15 morceaux dont 11 inédits.
Et qui le resteront car ces chansons n’existeront que sur cet enregistrement.
Il est comme ça le Niobé. « Je sais bien que c’est difficile par rapport aux radios ou au bizness, mais je fais ce que je veux. Je m’autoproduis, ce n’est pas pour emprunter les mêmes routes que les autres » m’explique-t-il. Il dit cela sans l’ombre d’un début de prétention. Non, Niobé est un homme libre. Enfin, aussi libre que l’on puisse l’être.
Il a monté sa propre structure pour se produire lui-même.
L’indépendance à tout prix…
Si je vous parle de cet auteur-compositeur-interprète aujourd’hui, c’est que le vendredi 18 janvier dernier, peu avant son concert à l’Essaion, je suis allé le débusquer. Débusquer étant un terme mal choisi car l’homme n’est pas du genre à s’enfermer dans une quelconque tanière. Il est du genre, tout à fait le contraire.
Du genre humain.
J’arrive un quart d’heure avant l’heure. Il est en train de répéter avec ses musiciens. Dès qu’il me voit, il s’interrompt et vient me saluer immédiatement et me présente à toute son équipe.
Je suis à ta disposition. Viens on va là, c’est plus tranquille.
Je me laisse porté par la vague Niobé. Je sens qu’il a l’habitude de mener sa barque tout seul. Il navigue à vue, sans ramer pour autant. Sa carrière est en train de prendre une jolie tournure.
Son précédent disque, De l’Humain Dans Nos Affaires (sorti en 2004), a reçu un “choeur chorus” décerné par la revue Chorus et un coup de coeur décerné par l’Académie Charles Cros.
Ce qui, pour moi (grand amateur de la chanson française), sont de sacrées récompenses.
Permettez-moi de vous proposer un extrait de l’article de ce magazine :
« Pour ceux qu’aiment les étiquettes / Me voilà chanteur engagé / Engagé dans une conquête / Pour un peu plus d’humanité » (Allez les gars).
Après deux opus déjà remarquables : Rêves De Comptoirs en 95 et Le Nanalphabète en 99, Jean-Pierre Niobé le philanthrope poursuit son bonhomme de chemin. Pour ce troisième CD, il est resté fidèle à Lionel Tua qui écrit la plupart de ses textes. Des textes sur mesure, abordant des thèmes universels et tout simples : le train-train qu’il a eu envie d’envoyer balader, les gros malheurs, les petits soucis, les premiers émois, les menus plaisirs de la vie.
Tantôt électrique, tantôt acoustique, l’univers proposé par Niobé s’enveloppe de swing, se nappe de samba. Cet artiste attachant met sa voix épanouie, et sa trompette allègre, au service de ces chroniques qui sont plus guillerettes que mélancoliques.
Ce que j’aime chez Niobé, c’est sa truculence et son autodérision. Mais aussi les messages qu’il ne peut s’empêcher de glisser dans ses textes.

- Avec Lionel Tua, mon parolier, nous voulons donner de la consistance à cet art qu’est la chanson. Nous souhaitons donner à réfléchir. Tu sais, dans la vie, je suis à fond dans le social et je suis très tourné vers les autres. Ce sont eux qui m’alimentent. Ce qui m’importe, c’est le respect de l’autre et le regard sur l’autre. Mes chansons sont le reflet de moi.

Ce nouvel album est fort, digne et sans démagogie, ce qui est un exploit.

- … Il n’y a rien à atteindre, ni rien à réussir, il n’y a pas de finalité, pas de fortune à construire. Il y a une confiance à partager. Je donne ma vision du monde, sans artifices, conscient de la réalité sociale et politique. Je n’ai pas de regard introspectif sur mon travail, ça n’intéresse personne. Mon travail est tourné vers l’organisation du collectif humain.

Niobé est aussi un comédien de cinéma (3 films avec Chabrol), de télévision et surtout de théâtre. Il participe aussi à quelques bandes originales de films. Bientôt, il travaillera pour le film de Robin Renucci et celui de Gilles Béhat.
L’homme a des projets à revendre.
Et je suis très content, ce chaleureux personnage s’inscrit tranquillement, mais sereinement dans le paysage musical.
Sa notoriété repose sur le public… et il vient de plus en plus nombreux le voir sur scène.
Soyez-en.

Comments

Comments are closed.

Bottom