Top

Erick Morillo

mai 28, 2009

L’ interview “Subliminal”

Subliminal est un label fait par des DJs pour des DJs” proclame (à juste titre, d’ailleurs) son principal protagoniste, Erick Morillo. Le label est en passe de franchir la barre des 200 sorties et a dernièrement enrôlé une poignée de nouvelles recrues pour venir grossir les rangs (déjà bien fournis et peoplés de grosses pointures) du label. Parmi les nombreux projets en préparation, celui du mix, Subliminal Sessions Summer 09, occupe une place à part dans le coeur de Morillo, puisqu’il résume quasiment à lui tout seul le son du label.

erick.jpg

Question : Quelle est la philosophie du label Subliminal, et quels sont les facteurs essentiels pour qu’un album sorte sur ce label ?

Morillo : Pour moi, ça a toujours été un label fait par des DJs pour des DJs. Le critère de base pour qu’un album sorte chez Subliminal est lié à notre philosophie; à savoir que l’on ne sort que des albums que l’on écouterait nous-mêmes, faits par des producteurs avec lesquels on pourrait bosser avec plaisir. Des mecs comme Harry Romero et Jose Nunez par exemple. Tout au long de ces années, j’ai travaillé beaucoup de producteurs, et pour moi, la chose essenteille est qu’un album fonctionne bien sur les dance-floors.
Au départ, lorsque nous avons démarré le label, on tenait à ce qu’il ait un style et un son particulier. Mais aujourd’hui, mes goûts en tant que DJ ont évolués. Je peux passer d’un disque avec des vocaux caverneux à un autre hyper énergétique, dans le genre ‘balls to the wall’. Il faut seulement qu’il soit de la meilleure qualité possible et qu’il marche sur le dancefloor.

Q : Au niveau des artistes signés sur le label, est-ce que se sont uniquement des producteurs avec lesquels vous avez déjà l’habitude de bosser, ou y a t-il des nouveaux talents (des jeunes producteurs inconnus) ?

Morillo : C’est une combinaison des deux. Rares sont les labels qui gardent une oreille sur le monde extérieur, et bien peu sont notoirement connus pour leur capacité à promouvoir la musique de parfaits inconnus. Je pense que nous sommes l’un des seuls labels de dance à faire ça. Je reçois souvent des coups fil de gars qui voudraient que je sorte leur album et qui me font écouter leurs tracks au téléphone. Et parfois, lorsque je reçois des disques sur lesquels je craque vraiment, j’essaie de voir si je peux les licenser.

Q : Penses-tu qu’aujourd’hui Subliminal entame un nouveau chapitre, maintenant qu’il y a une nouvelle organisation aux commandes ?

Morillo : Je pense qu’au niveau du son, c’est en effet une nouvelle ère qui s’ouvre pour Subliminal. Nous nous sommes ouverts a plein de nouveaux sons et nous travaillons avec plein de gens différents.. aujourd’hui il n’y a aucun son que je bannierais du label. En fait, depuis que avons conclut un partenariat avec Strictly Rhythm et Defected, le label est passé à un autre niveau. C’est sûr que ça change la donne de s’associer avec de telles organisations ; Strictly Rhythm avec ses 20 ans d’expérience et sa réputation sans tâches, et Defected qui est désormais considéré comme l’un des meilleurs labels danse au monde notammenet grâce à ses nombreuses compiles de haute volée. Donc être capable de travailler avec de telles organisations est tout simplement phénoménal ! Désormais, nous allons davantage nous concentrer sur la dance de qualité, les compilations et aussi sur le créneau de la musique digitale… car c’est le futur de la musique, pas seulement la dance, mais de la musique dans son ensemble. Nous allons devenir beaucoup plus “proactifs”… Je suis très excité par la nouvelle direction que prend le label et suis impatient de voir ce que les 5 ou 10 prochaines années vont nous amener.

erickmo.jpg

Q : En ce qui concerne les artistes phares du label ; qu’est-ce que tu admires le plus chez eux ?

Morillo : Pour moi, les deux artistes clés de Subliminal sont précisément ceux qui m’ont aide à monter le label ; Harry (Choo Choo) Romero et Jose Nunez. Harry est comme mon frère et c’est une personne que j’admire beaucoup.. il est sûrement l’un des producteurs les plus talentueux que je connaisse. Il a aussi monté son propre label, Bambossa records, et en plus c’est un père de famille exemplaire. Il porte ses deux casquettes de “family man” et de “music man” avec la même rigueur, et s’implique autant dans sa vie de famille que dans sa carrière. Il jongle entre les deux avec aisance et je suis fière de l’avoir comme ami. Je pense que c’est un de ces gars encore sous-estimés dans l’industrie, mais vous allez certainement entendre parler de lui de plus en plus d’ici un ou deux ans.
Et puis, il y a Mr Jose Nunez, un mec que j’aime aussi comme un frère. Il fait également partie de ces gars extrêmement talentueux et très actifs… il est d’ailleurs en passe de sortir un nouvel album qui s’intitule, Visitors. C’est le genre de gars hyper méticuleux au niveau de ses productions. Il peut passer une journée entière rien que sur une seule loop… c’est sa façon d’être, et c’est aussi pour ça que je l’adore.
En ce qui concerne les autres artistes que nous signons, ce sont des tous mecs qui nous excitent (musicalement), comme par exemple, Richard Grey, un jeune français qui vit à Ibiza et qui en veut ! Lui et moi venont récemment de sortir un album de remixes, Life Goes On, et nous plannifions de sortir une compilation digitale avec lui d’ici fin juin.

Q : Quelles seront les prochaines grosses sorties du label ?  

Morillo : Il va y avoir plein de trucs ! Entre autres, il va y avoir mon nouvel album, Pride, avec Deborah Cooper en guest vocal, et le nouvel album de Dennis the Menace et Big World, Rainbow ; un son très “Ibiza” qui promet de faire chauffer les dancefloors cet été. Il y aura aussi le nouvel album de Ministers De La Funk, I feel Love, et celui (plus sombre) de Huggy 747, I get lifted. Je l’ai passé le week-end dernier et la foule est devenue folle. Un autre album qui va cartonner cet été est celui de Jason Heard et Mark Brown, Burning. Un de leur titre fait d’ailleurs partie de la compilation Subliminal Sessions Summer 09. Donc l’actualité de l’été sera bien chargée. Tu sais, j’ai passé ces 2 dernières années à restructurer le label pour que l’on soit prêts à franchir un cap, et à faire justement ce que l’on est en train de faire en ce moment. Alors je suis très excité par ces nouvelles perspectives d’avenir !

Q : Justement, parle nous de la compilation Subliminal Sessions Summer 09, et quelle est la difference entre les deux mixes ?

Morillo : Les gens qui me connaissent savent que j’aime les trucs hyper énergiques, que je suis un “peak time DJ”, c’est d’ailleurs pour cela que l’on me paie (cher). Donc c’est ce qu’il va y avoir dans ce CD.. de l’énergie ! Je décrirais le CD 1 comme étant “deep” et très sexy, avec des vocaux envoûtants qui te font voyager. Le deuxième CD est plus dur et sombre. Il fusionne plusieurs influences, minimales et progressives, avec des lignes de basse qui résonnent dans le ventre, mais toujours avec ces vibes sexy. En fait, cet album donne une bonne vision d’ensemble des différents genres de house. Il y a un peu de tout et je pense que personne ne sera déçu par ce mix.

Q : Est-ce que ces morceaux feront partie de tes sets cet été ?

Morillo :  La compile rassemble pas mal de titres exclusifs, comme “Burning” de Huggy 747, alors effectivement, il a de grandes chances pour que tous ces titres fassent partie de mes sets cet été !

Texte : Toni Tambourine. Traduction : Marie Cartier

em_cover.jpg

Subliminal Sessions Summer 09 (Subliminal/Defected)


pub

Comments

Comments are closed.

Bottom