Top

La Phaze

mai 19, 2008

Le Miracle que l’on attendait !

Courant 2005, La Phaze, le trio punk-rock-électro-reggae aux mille et une influences (de The Clash à Roni size, en passant par Sonic Youth, Mano Negra, Béruriers Noirs, Peter Tosh, etc), sortait de l’ombre avec un premier opus décapant et engagé.
Trois rotations de la planète plus tard, les virulents Rennais reviennent gonflés à bloc, côté musique, et gonflés un max, côté lyrics. Parfois des coups de gueule peuvent faire un Miracle, la preuve !

laphaze-dim-costes.jpg
(crédit photo : Dimitri Coste)

Question : Trois ans se sont écoulés depuis votre premier album, Fin De Cycle ; comment s’est passée la reprise du travail de composition après avoir passé tant de temps sur la route ?

Damny (chant/clavier/basse) : A vrai dire, ce fut assez laborieux.. Disons que l’on n’a pas arrêté de tourner, notamment à l’étranger (Europe, Mexique, Brésil..), donc ce n’était pas évident de se remettre dans l’ambiance de studio.
Arnaud (guitare) : On a dû faire un truc comme 170 concerts en un peu plus de deux ans, donc on a bien bougé… Du coup, la composition s’est faite lorsqu’on avait des trous dans notre emploi du temps… c’est clair que de cette façon, ça n’avance pas super vite. En fait, la composition de l’album a commencé pendant le mixage de Fin De Cycle à Londres, en janvier 2005.. c’est pour te dire !

Q : En effet, l’album a bien mijoté ! Vous êtes donc du genre à composer petit à petit pendant les tournées ?

Damny : Oui, mais franchement, ce n’est pas évident.. D’ailleurs, je t’avouerai qu’on a envie de changer notre façon de travailler pour le prochain disque, parce que ce n’est pas facile de composer dans ses conditions. On est souvent dans des petits endroits, les uns sur les autres, c’est toujours un peu speed, donc c’est dur de s’isoler et de se concentrer.. En ce qui me concerne, au niveau de l’écriture des textes, c’est clair que le contexte de la tournée est bon pour l’inspiration, pour capter des idées, des ambiances, mais j’aime bien rentrer chez moi, relire tranquillement tous mes petits papiers et prendre le temps de digérer le tout.

Q : Donc la plupart des morceaux étaient déjà faits lorsque vous avez fini la tournée du premier album ?

Arnaud : Oui. A vrai dire, on avait même fini d’enregister les titres en automne, et les on a mixés juste avant de partir en tournée européenne… Le truc c’est que l’on n’a pas eu un long break, mais plein de petits breaks. C’est à ce moment là que l’on se retrouvaient et que l’on se concentraient sur la compo.

Q : Je trouvais votre premier album, Fin De Cycle, déjà virulent au niveau des textes, mais celui-là le bat à plat de couture ! Vous abordez des thèmes graves et des sujets de société qui sont dans l’air du temps (l’euthanasie, les catastrophes écologiques, les sans-papiers…). On vous sent encore plus engagés/enragés qu’avant..

Damny : C’est vrai… pourquoi, tu en doutais ? (rires)
Arnaud : C’est sûr que certains sujets sont malheureusement encore d’actualité alors qu’on a écrit les morceaux il y a plusieurs mois.. Par exemple, le morceau “Peine De Vie” (qui traite de l’euthanasie) est un sujet qui est de nouveau à la mode alors qu’on l’a composé et enregistré il y a déjà un certain temps… et là, bing!, c’est le single qui est passé à la radio au moment même où a éclaté l’histoire de Chantal Sébir..
Damny : Mais c’est un concours de circonstances, heureux ou malheureux, je ne sais pas… Le truc pour “Peine De Vie”, c’est que l’on avait rencontré les gens de l’association “Faut Qu’on s’Active”, qui participaient à notre mouvement de “Colère Noire” (ndlr : mouvement citoyen [alliant musique, débats d’idées et actions pacifiques] en réaction au désastre de l’Erika). C’est une association qui avait été montée pour soutenir Marie Humbert dans son combat avec son fils. C’est à ce moment là que j’ai vu à quel point les jeunes étaient sensibles à ce problème et qu’effectivement, c’était un sujet encore super tabou en France. Donc, il y a un an et 1/2 qui s’est écoulé entre le moment où on a écrit la chanson et le moment où elle sort.. et entre temps il y a eu l’affaire Sébir, donc on se dit : “merde ! c’est comme ça…”
Arnaud : En tout cas, ça prouve que c’est bien d’en parler, parce que le problème n’est toujours pas enterré.. Vincent Humbert était un exemple, et paf, voilà qu’un autre exemple arrive. C’est bien qu’il y a un problème ! On se dit qu’à partir d’un moment, il va bien falloir que les choses bougent. On ne peut pas occulter indéfiniment ce genre de situation dramatique. Je déplore profondément les circonstances de la mort de cette femme, et je trouve les hommes politiques extrêmement hypocrites par rapport à cette mort.. parce qu’au final, cette femme est morte au terme d’un long calvaire ! Donc c’est sûr que, malheureusement, la chanson “Peine De Vie” est très à propos.. mais, très franchement, j’aurais préféré qu’elle ne soit plus d’actualité !
Damny : Mais pour en revenir à ta question, c’est sûr qu’il y a un parti-pris profond sur chaque chanson, mais ils n’engagent que nous ! Après, on aime ou on n’aime pas, on est d’accord ou pas d’accord, à la limite ce n’est pas le problème. Le but, c’est de faire réagir… Nous mêmes on réagit, donc on attend aussi une réaction !

la-phaze.jpg

Q : Oui, mais du coup je trouve ça presque ironique d’avoir intitulé l’album, Miracle, alors qu’il n’aborde que des sujets sombres et douloureux.. En fait, vous attendez un ‘miracle’, c’est ça ?

Damny : (rires) Plus ou moins ! A la base, moi je voulais mettre un point d’interrogation à la fin.. Genre ; est-ce qu’il y a un miracle possible ? Est-ce que l’on est dans une société qui attend un miracle qui n’arrivera pas, ou est-ce que, tous ensemble, en changeant un peu son quotidien chacun à son niveau, on peut essayer de créer ce miracle humain, jour après jour ? Je crois qu’en fin de compte, cela tient à peu choses. On pourrait déjà faire changer les choses en écoutant et en regardant l’autre, en n’étant pas si indifférent… et en se la racontant un peu moins aussi ! Donc, le titre Miracle est certes ironique, mais il est également très sérieux… parce que je pense que les gens sont en attente de quelque chose qui passera forcément par une prise de conscience collective et pas par un gouvernement ou des politiques.. ce n’est pas eux qui vont changer le monde, c’est à nous tous de le faire.. c’est ça le miracle !
Arnaud : Il y a aussi un côté positif dans ce titre, qu’il n’y avait pas forcément sur Fin De Cycle.. d’ailleurs on nous disait souvent que ‘Fin De Cycle‘ avait une connotation négative.. alors que Miracle a une connotation plutôt positive, ça ouvre vers l’avenir..

Q : En continuant sur le chapitre ‘prise de conscience’, vous semblez aussi profondément engagés au niveau écologique, comme en témoigne le titre “Climax” ; est-ce une problématique qui vous tiens particulièrement à coeur ?

Damny : A fond ! Tout d’abord, j’engage tout le monde à regarder le documentaire d’Al Gore, ou d’autres documentaires grand public, ne serait-ce que pour se renseigner un peu sur l’état actuel de la planète… ça fait peur ! On se dit ; “mais qu’est-ce qui va rester au final ?”. On est en train de foncer dans le mur, et c’est sûr que c’est un constat qui est déprimant.. en fait, ce n’est même pas déprimant, c’est juste que tu as envie de tout casser ! Quand tu vois que les choses évoluent dans le mauvais sens, et que finalement on arrive en bout de chaîne, à un point de rupture, mais que l’on s’entête dans la mauvaise direction parce qu’il y a encore un peu d’argent à ramasser, et tant qu’il y a de l’argent, on continue… ça c’est révoltant ! Moi, en tout cas, ça me fout la haine ! Tu te rends compte que l’humain est moins important que l’argent.. Pour moi, c’est une injustice profonde ! Alors bien sûr que ce n’est pas nous, avec nos petits moyens, qui allons changer tout ça, mais ce n’est pas non plus en restant passifs, les bras croisés, que les choses bougeront.

Q : Certains artistes n’ont aucun message à faire passer et se considèrent uniquement comme des “enternainers” ; c’est apparemment loin d’être votre cas !

Damny : Absolument ! Disons que l’on a la chance de pouvoir s’exprimer et d’avoir des gens qui écoutent ce que l’on a à dire, alors autant en profiter pour faire passer un message ! Cela dit, on n’est pas là pour avoir des qualités de grands orateurs, ou pour se mettre en valeur en bassinant les gens avec de grandes théories et du vocabulaire compliqué.. mais je pense que si tu montes sur scène, c’est que tu as quelque-chose à dire, et à ce moment-là, il faut être un minimum à la hauteur et savoir de quoi tu parles. Le jour où tu n’as plus rien à dire, tu restes chez toi et tu laisses la parole aux autres. En tout cas, c’est comme ça que je le ressens.

Matez l’interview vidéo de La Phaze en cliquant ICI !

miracle.jpg
Miracle (Because), sortie : mai 2008



Comments

Comments are closed.

Bottom