Top

Olympus Mons

janvier 17, 2009

Outsiders ou.. imbéciles ?

A l’occasion de la sortie de leur premier album, Nothing’s Gonna Spoil My Day Today, le trio indie rock, Olympus Mons, passe à Paris le temps d’un concert à la Loco et d’une rencontre avec Zik Addict. L’occasion de se rendre compte que la langue de bois, très peu pour eux !

olympus-mons2.jpg

Question : Pourquoi avez-vous choisi ce titre pour l’album ?

Norbert: Comment c’est arrivé déjà ?

Aaron: J’en ai pas la moindre idée. Ah si, on enregistrait avec notre producteur, qui était à mon avis un sacré connard. Et pendant une des disputes que nous avons eu tous les deux, et il avait vraiment ruinée ma journée, je lui ai dit « rien ne va gâcher ma journée aujourd’hui. » Et il a répondu «  ça devrait être le nom de l’album ».

Q : Et moi qui pensais que c’était “paix sur terre”, en fait c’est plus rageur…

Norbert: Cela vient de la conviction.

Aaron: Oui, ça voulait dire quelque chose, parce qu’enregistrer cet album a été très difficile. Et sur le moment, je me suis dit « va te faire foutre. Rien ne va gâcher ma journée, je ne vais pas me mettre à déprimer et laisser la rage me dévorer ». C’est comme ça que nous avons choisi le nom.

Q : Quelles ont été les difficultés ? Est-ce parce que vous ne sentiez pas de connexion avec le producteur ?

Moran: Déjà, nous avions peu de temps, parce que si tu n’es pas sur un gros label, on ne te mets pas en studio pour deux mois en te disant « revenez dans deux mois et ramenez-nous quelque chose de bien ». Et je pense que le producteur n’était pas celui qui nous convenait le mieux. On aurait dû s’en rendre compte dès le début quand on a entendu ses autres productions. Son état d’esprit était différent du nôtre. Nous avons eu des tensions avec lui. Enfin, l’album rend bien… même s’il faut avouer que nous en avons refait plusieurs parties.

Aaron: En fait, on en a ré-enregistré la plus grande partie !

Norbert: Oui, parce que sa technique était différente de ce que nous attendions.

Moran: Alors ce que tu entends n’est pas vraiment ce que nous avons enregistré à ce moment-là.

Aaron: Ce que tu entends n’est pas le premier album. On a enregistré, mixé et masterisé un album, et comme on ne l’aimait pas, on l’a refait.

olympmons.jpg

Q : Cela s’entendant, d’ailleurs j’ai vraiment remarqué la voix.

Norbert: Elle ressort, c’est ça ?

Q : Oui. On l’entend au creux de l’oreille…

Aaron: On ne l’a pas mixé nous-mêmes, ça a été fait par Mark Plati. C’était sa vision de notre musique.

Norbert: Il a travaillé avec David Bowie et The Cure.

Q : Et qu’en est-il des deux Interludes dans l’album ?

Aaron: Ils cassent l’album, non ? Mais si tu écoutes les accords utilisés, ce sont les mêmes. Il n’y en a qu’un seul sur les deux titres. C’est ce qui les marie si bien. Ce sont comme deux sections d’une même chanson. Et quand je les ai écrits, c’était une même chanson.

Q : Vraiment ? Pourquoi les as-tu séparées ?

Aaron: En tant que telle, ça ne me semblait pas fini. Si on l’avait enregistré comme un seul titre, il aurait fallu développer plus avant, ajouter des trucs pour en faire une vraie chanson. Mais j’avais dit tout ce que j’avais envie de dire. Alors ça aurait revenu à continuer la chanson juste pour la continuer. Et moi, je n’avais plus rien à dire. C’étaient deux odes différentes, avec deux idées spécifiques, donc il était plus judicieux de les séparer.

Q : Comment est-ce que la musique se met en place dans Olympus Mons?

Aaron: On le fait ensemble. Plus ou mois… (rires) Nos influences sont tellement diverses. Quand on joue ensemble, le résultat est toujours différent de ce que nous attendions… ça devient presque une autre chanson.

ompusmonsss.jpg

Q : Et puisqu’on parle d’influences, quelles sont les vôtres ?

Moran: C’est quoi tes influences déjà ?

Aaron: J’écoute… (cite plein d’inconnus). Bon, d’accord, je fais ça pour t’embêter. J’écoute plein de choses différentes, comme du rock’n roll, tu connais le rock’n roll ?

Norbert: Le vieux rock’n roll, celui des années cinquante.

Aaron: J’écoute plein de vieux trucs. Pas eux.

Norbert: Ben si, on écoute des vieux trucs aussi !

Aaron: Mais c’est pas pareil ! Ils écoutent des vieux trucs, mais pas les mêmes que moi.

Q : Vous vous situez où dans la scène britannique ? C’est une question très ennuyeuse…

Aaron: Tu trouves ? Je pourrais y répondre de façon très égoïste ou je pourrais être humble et dire « nous ne sommes qu’on groupe parmi tant d’autres ». Ou je pourrais aussi être réaliste et dire « on est les meilleurs ».

 Moran: Hmm…

Aaron: C’était une blague. Ne l’écris pas ! Honnêtement, je pense que nous sommes à l’extérieur. On est des outsiders de la scène musicale britannique. On ne fait pas du son hype… tu sais, les types maigres avec des jeans très moulants et des chaussures pointues. On est des outsiders de la scène musicale britannique, ou peut-être des imbéciles !

olympus-cover.jpg
Nothing’s Gonna Spoil My Day Today
(Dad), sortie : octobre 2008

Comments

Comments are closed.

Bottom